Moscou dénonce le «show chimique» de l’Occident en Syrie

Les déclarations des combattants d’après lesquelles les forces gouvernementales auraient utilisé le chlore dans une banlieue est de Damas s’inscrivent dans la continuité du « show chimique » donné par l’Occident, estime le ministère russe des Affaires étrangères.

Les déclarations selon lesquelles les forces gouvernementales syriennes auraient utilisé du chlore à Ein Tarma, une banlieue est de Damas, constituent le début d’une campagne médiatique déclenchée par l’Occident contre les autorités syriennes et font partie d’un « show chimique », a annoncé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova via Facebook.

Plusieurs sites d’information de l’opposition syrienne ont fait état, samedi, de l’empoisonnement au chlore de 30 combattants à Ein Tarma. Le commandement de l’armée syrienne a démenti ces déclarations, les qualifiant de mensongères.

« Le show chimique gagne en ampleur. L’information sur « l’utilisation du gaz dans la Ghouta orientale » confirme à nouveau le lancement d’une campagne médiatique contre Damas. Un bout de papier rédigé conformément aux canons des services de presse occidentaux constate le début d’une « attaque chimique » et la condamne. Il convient surtout de noter son anglais impeccable, l’anglais utilisé dans les résolutions du Conseil de sécurité et dans d’autres documents internationaux », a écrit la diplomate sur sa page Facebook.

Elle a souligné que le style de l’information n’était pas familier ou littéraire, mais propre au droit international. Selon Mme Zakharova, « plus tard, ces phrases seront proposées aux collègues occidentaux, notamment pour rédiger une déclaration du président du Conseil de sécurité condamnant +les attaques chimiques du régime contre la population civile+ ».

« Mais ce n’est qu’un prélude », a ajouté la diplomate.

Une source diplomatique bien informée avait précédemment confié à Sputnik que les officiers russes du Centre pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie qui se trouvaient samedi dans le quartier d’Al-Kabbas n’avaient pas confirmé l’utilisation de l’arme chimique par les forces gouvernementales.

Depuis près de trois semaines, l’armée syrienne mène l’offensive à Ein Tarma, libérant de nouveaux quartiers et avançant dans la partie est de Damas, contrôlée depuis plus de 5 ans par des groupes armés radicaux. Ces derniers subissent de lourdes pertes et sont obligés de reculer.

fr.sputniknews.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s