Sputnik et RT contre Macron? Margarita Simonian remet les pendules à l’heure

simonian1

Dans une interview à La Croix, la rédactrice en chef de Sputnik et de RT, Margarita Simonian, a commenté les informations que la presse française a qualifiées de « fausses » et a expliqué où celles-ci trouvent leurs sources.

À l’approche de la présidentielle, Sputnik et RT font l’objet d’une attention médiatique accrue de la part de leurs confrères français. À l’origine de la polémique, trois informations sur Emmanuel Macron qui ont trouvé un important écho et déclenché de virulents débats. Comme l’affirme la presse française, toutes les trois sont fausses et leur diffusion témoigne de l’ « ingérence russe » dans les élections. Suite à ces allégations, Margarita Simonian, rédactrice en chef de Sputnik et RT, a tenu à éclaircir la situation et a commenté les trois textes dans une interview à La Croix.

Le premier article qualifié de « fake news » et selon lequel des journalistes français à Moscou portaient des T-shirts En Marche! « est basé sur les citations du représentant des Républicains à Moscou », souligne Mme Simonian, tout en ajoutant qu’ « après l’avoir interviewé, nous l’avons cité et raconté ce qui se passait dans l’actualité politique française sur la base de ce qu’il nous a dit ».

Évoquant la rumeur sur la « possible double vie d’Emmanuel Macron », la rédactrice en chef insiste: la presse russe n’a pas été la première à évoquer ces informations. En réalité, les allusions ont été faites beaucoup plus tôt par Nicolas Sarkozy et reprises par les médias français.

Ainsi, dans un entretien au magazine Le Point en mai dernier l’ancien président français Nicolas Sarkozy s’interrogeait à propos du candidat d’En Marche!: « Que voulez-vous que j’en pense? Il est cynique. Un peu homme, un peu femme, c’est la mode du moment. Androgyne. Ce qui vous plait chez Macron, c’est que vous aimez toujours ceux qui ne vous obligent pas à choisir ».

Quant à l’article sur Emmanuel Macron au Liban, là aussi RT n’a pas été la source de la rumeur. « Il y avait des échos dans la presse française et nous les avons repris. Mais vos médias ont ensuite fait comme si ça venait de chez nous », explique Mme Simonian.

La journaliste russe observe qu’elle voit d’un bon œil l’initiative de la France de lutter contre les fausses informations à la veille de la présidentielle, mais souligne toutefois que les efforts déployés à cette fin ne doivent pas se transformer en « moyen de pression ».

« Chaque jour, la presse française publie des fake news sur RT, sur Sputnik, sur la Russie. Personne à Paris ne dénonce cette désinformation », note-t-elle. Avant d’ajouter: « vous ignorez la désinformation menée contre nous tous les jours? Ce n’est pas juste ni objectif ».

Tout en admettant que « comme toute agence de presse, nous commettons parfois des erreurs », Margarita Simonian balaye catégoriquement les accusations selon lesquelles Sputnik et RT diffuseraient de fausses nouvelles:

« Nous ne publions pas de fake news. Croyez-moi, comme tout média, nous avons un système de filtres pour vérifier et ne pas publier de fausses informations. »

La rédactrice en chef se dit en outre « déçue par l’attitude de la presse occidentale à notre égard alors qu’au début nous pensions que vous étiez objectifs et honnêtes ».

Et d’ajouter: « votre mission est de prouver à vos lecteurs que RT et Sputnik sont contre Emmanuel Macron alors que nous ne faisons que reprendre ce que dit la presse française ».

fr.sputniknews.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s