Poutine peut faire confiance à Trump

poutine-trump-1

A la sortie des urnes, la victoire de Trump a ébahi la Russie entière…. La perspective d’un réchauffement des relations trop agitées avec les Etats-Unis ne pouvait que séduire les Russes.L’espoir renaît après une longue période de tensions pour les Russes, les députés, les politiciens, les hommes d’affaires, et les officiels… Mais Trump est-il à la hauteur des espoirs qu’il a suscités en Russie? Les occidentaux ont-ils raison de trop insister là-dessus.

L’analyste politique russe Igor Pankratenko n’en est pas sûr. Dans un récent article publiés dans les colonnes de l’agence de presse iranienne Fars, il critique l’euphorie suscitée par l’élection de Trump en Russie et appelle l’élite de son pays à être réaliste.

« …. Une trop grande illusion sur la place qu’occupe réellement la Russie sur l’échiquier mondial donne souvent lieu à des interprétations erronées et la réaction de la Russie à la victoire de Trump ne fait pas exception à la règle. (Trump est-il bon pour la Russie?..) Rappelons qu’aux Etats-Unis, le régime politique est basé sur des forces antagonismes. Face à la Maison Blanche, il existe le Congrès et le Sénat, prompts à se dresser en obstacle face au président. Pendant sa campagne électorale, Trump a évoqué à plusieurs reprises la possibilité de « faire un marché avec Poutine » et il s’est même dit prêt une fois et sans doute par erreur à reconnaître la souveraineté de la Russie sur la Crimée. Il a même dit vouloir lever des sanctions décrétées contre la Russie. Soit.

Mais, primo, Trump n’a aucune proposition précise pour déclencher un réchauffement des relations avec Moscou. Pence, son adjoint, s’en est même violemment pris à la Russie pendant la campagne électorale pour son attitude envers l’Ukraine.

Il va sans dite que l’élite du parti républicain est contre la Russie et il y a un consensus unanime parmi les intellectuels américains qui les placent définitivement dans le camp des antirusses. Trump n’irait sans doute pas ébranler ce consensus, lui qui devrait travailler d’abord à la consolidation de ses assises. Il est vrai qu’un réchauffement des liens avec Moscou n’est pas une priorité pour Washington. Sur la scène internationale, les Américains ont d’autres chats à fouetter : les liens avec l’Otan, la rivalité avec la Chine en Afrique,  l’accord de partenariat transpacifique , l’Asie centrale et du sud-est et évidemment l’Iran …

Secundo, le volet russe de la politique étrangère de Trump est inhérent à sa politique en termes de sécurité intérieure. Il faut attendre et voir quelles seront les principales figures qui s’occuperont la Russie au sein du Conseil de sécurité nationale, la CIA, le ministère de la Défense, le Département d’Etat … ou qui sera le prochain ambassadeur américain en Russie.

Tertio, les promesses économiques de Trump, si elles se réalisent, auront plutôt un effet négatif sur l’économie russe. Il veut lever les contraintes imposées au secteur de l’extraction et de l’exportation du pétrole de schiste et tout le monde sait que la Russie pétrolifère en pâtira. Trump a annoncé vouloir se retirer du traité transpacifique et d’ordonner au département du commerce d’avoir recours aux méthodes anti-dumping pour contrer la production chinoise. C’est sa façon d’amoindrir le poids de l’économie chinoise sur le commerce international. Mais quels seront les effets d’une telle politique ?

La Chine consommera moins et la Russie, productrice des matières premières en souffrira. Dans cette histoire, il va sans dire que Trump prendra fait et cause des intérêts américains et non pas des intérêts russes.

…. C’est dommage de voir l’élite russe faire peu de cas de ces réalités et d’avoir un si grand enthousiasme pour normaliser les relations avec les Etats-Unis. L’Europe comme les Etats-Unis voit à quel point la Russie est prête à faire table rase du passé et à partir du bon pied pour un nouveau chapitre dans les liens américano-russes. Quel en sera tout au plus le résultat?  Washington peut proposer à Moscou une série de lignes rouges en échange des facilités en termes financiers et bancaires. Et d’ici, on pourrait deviner quelles seront ces lignes rouges : « Réduire le niveau des coopérations stratégiques avec la Chine, refuser de développer la coopération avec l’Iran, accepter de rayer Assad de la carte, protéger les intérêts des Etats Unis en Asie centrale et reprendre des coopérations avec l’Otan. »

« Dans le même temps, la partie américaine ne renoncera pas au déploiement des batteries de missiles anti-missiles sur les frontières russes et d’ailleurs la Russie n’a aucun moyen de l’empêcher. ….  »

Alors Trump mérite-t-il la confiance de Poutine?

presstv.ir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s